“Arrêtez de nous embêter avec le cadre à tracter !”

“Arrêtez de nous embêter avec le cadre à tracter !”

“Arrêtez de nous embêter avec le cadre à tracter !” et les mauvais élèves...

Le cadre à tracter, c'est fini. Les assureurs refuseront désormais de couvrir les risques d'accident

en cas d'utilisation du dispositif. Le Monde du Camping-Car en a déjà parlé. Pourtant, Claudine et Marc l'utilisent toujours. Ils nous expliquent pourquoi. Et comme si le sujet du cadre à tracter n'étaient pas assez brûlant comme ça, ils nous racontent aussi comment ils ont passé deux mois sur une aire de services. Un comportement à ne pas imiter…

Le cadre à tracter est un système qui permet d'atteler une voiture à l'arrière d'un camping-car sans avoir besoin de remorque. Le Monde du Camping-Car a publié plusieurs articles et quelques courriers sur ce sujet. L'un de ces papiers a été repris sur lemondeducampingcar.fr. Titré La voiture tractée par le camping-car : il faut y renoncer !, cet article explique que le cadre à tracter n'ayant pas de statut juridique en France, il ne devrait plus pouvoir être pris en charge par les assureurs.

Mi-fâché, mi-taquin
Au Monde du Camping-Car, faut arrêter de nous embêter avec le cadre à tracter ! commence, mi-fâché mi-taquin, le camping-cariste. Vous dites que c’est interdit, mais nous, le cadre à tracter, on veut continuer à l’utiliser.” Le journaliste, pointé du doigt, ne peut pas reculer. Heureusement, Claudine et Marc sont en réalité deux camping-caristes intelligents, qui comprennent qu'on ne peut pas reprocher à un journal de dire la vérité, même quand elle n'est pas agréable à entendre…

Une anecdote qui donne raison au magazine
Marc nous raconte alors une histoire intéressante, qui donne finalement raison au magazine. “On a un ami qui a changé de camping-car, son assureur n’a pas voulu assurer le cadre à tracter avec le nouveau véhicule. Il ne peut donc plus l’utiliser. Le pire c’est qu’il est revenu de la concession avec sa voiture attelée derrière le nouveau camping-car, sans savoir qu’il n’était pas assuré.” Après une telle anecdote, Marc et Claudine ne craignent-ils pas que leur police d'assurance ne les couvre plus? Marc ne semble pas inquiet : “Comme on est déjà assurés, notre contrat d’assurance inclut encore le cadre à tracter. Nous payons 25 ou 26 € par an de supplément spécialement pour le cadre.”

Pas de marche arrière
C'est une smart que le couple tracte derrière son véhicule de loisirs. Marc sort son smartphone et nous montre une photo. “J’ai le permis poids lourd, mais le camping-car est un 3,5 tonnes.
Et du point de vue du PTRA (poids total roulant autorisé) du véhicule, pas de problème? “La Smart pèse moins de 750kg, explique Claudine. Légalement, on n’a même pas besoin qu’elle soit freinée.” Marc intervient : “Le seul bémol, c’est qu’on ne peut pas faire de marche arrière. Mais sinon c’est sécurisé. La voiture est freinée, les feux sont connectés…

“On ne gêne personne”
Aujourd'hui, sur l'aire de services d'Honfleur, le camping-car Pilote du couple n'est pas attelé. Claudine : “Non, on n’est là que pour deux ou trois jours, et on savait qu’on viendrait à Honfleur, où on peut tout faire à pied.” Marc précise : “Je conduis plus tracté que sans. Grâce au cadre à tracter, on se pose plus facilement pour une semaine ou deux. On l’utilise quand on part pour un mois ou deux. ” Claudine y voit même un autre avantage : “Et en plus on ne gêne personne avec notre remorque.

Deux mois sur l'aire de services
Nous demandons alors à ces deux voyageurs, camping-caristes depuis 14 ans, quelles sont leurs destinations habituelles : “On voyage surtout en France. Par exemple sur l’île d’Oléron, où on a nos habitudes. L’été dernier on y est restés deux mois.” Marc serait presque gêné de l'avouer…C'est vrai, c’est pas le but du camping-car de rester deux mois au même endroit, mais on s’est fait tellement d’amis, là-bas, que pour les voir tous il fallait les attendre. Ils nous appelaient le 5 août : ”on sera là le 15 août.” Et nous on y était déjà depuis le 14 juillet.” Et ils ont passé tout ce temps sur l'aire de services? “Oui, sur l’aire de services. C’est un ancien camping qui est maintenant réservé aux camping-cars. Mais on a décidé qu’on ne stationnerait plus aussi longtemps. L’été prochain, on ne devrait pas rester plus de 15 jours ou trois semaines au même endroit, parce qu’on veut avoir le temps de découvrir et de visiter.”

“Le beau-frère du président
Alors voilà, ces deux camping-caristes sont en quelque sorte amoureux de leur cadre à tracter, mais il n'empêche… Claudine et Marc devront bientôt tirer un trait sur le dispositif. Finies les vacances avec la Smart. Ou alors il faudra faire l'aquisition d'une remorque. On peut néanmoins compter sur ce couple des Yvelines pour en profiter jusqu'au bout, n'en déplaise aux autres camping-caristes.

Quand on arrive sur une aire de services, les gens qui voient le cadre à tracter nous disent : C’est interdit, c’est interdit !

” Moi je leur réponds : Je suis le beau-frère du président de la République, j’ai une autorisation spéciale.

10/06/2015 16:59 par Antoine Chapenoire    (Le Monde du Camping Car)